De 1939 à 1945

Un forum complet sur la Seconde Guerre Mondiale
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Omar Bradley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rock
Admin
avatar

Nombre de messages : 726
Age : 27
localisation : Lyon
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Omar Bradley   Ven 21 Avr - 16:15

Omar Bradley naît dans l'état rural du Missouri, à quelques kilomètres de Clark, le 12 février 1893. Il est le seul enfant survivant d'un instituteur nommé John Smith Bradley et de son épouse Sarah. Omar est élevé dans la tendresse et mobilise toute l'attention de ses parents. Si c'est un garçon sportif, futur joueur vedette de l'équipe de base-ball de la Moberly High School, il n'en néglige pas pour autant ses études. Cependant, Omar une fois adolescent est obligé de chercher de petits emplois afin d'accroître les très modestes revenus de la famille. Son diplôme de fin d'études en poche, il se fait embaucher dans une compagnie ferroviaire régionale afin de gagner suffisamment d'argent pour financer ses frais d'entrée à l'université du Missouri. C'est sur les conseils de l'un de ses professeurs qu'il décide de présenter sa demande d'admission à l'académie militaire de West Point en 1911. Son dossier accepté, Bradley passe devant un jury qu'il réussit à convaincre arguant de son goût de l'effort et de la discipline. Durant ses quatre années à l'académie de West Point, Bradley ne se fera jamais remarqué. Tout comme certains de ses camarades de promotion, dont un certain Dwight D. Eisenhower, il parvient in extremis en fin de 4e année au grade d'aspirant. Omar Bradley quitte West Point le 12 juin 1915. Son arme ? L'infanterie. Son unité d'application ? Le 14th Infantry Regiment basé à Fort G. Wright dans l'état de Washington.

Si Bradley aspire à une vie d'aventurier, l'actualité de cette année 1915 le comblera très vite. Tandis que la guerre ravage l'Europe, une révolution dirigée par Pancho Villa éclate au Mexique. Les autorités de Mexico City sont très vite dépassées par les événements et ne peuvent empêcher les rebelles de traverser le Rio Grande afin de mener des actions sur le territoire des Etats-Unis. La Maison Blanche réagit, ordonnant à l'US Army de pénétrer au Mexique afin d'y arrêter Vila et sa bande. Sous les ordres du Général Pershing les soldats américains se mettent en marche. Les Gardes Nationales du Texas, de l'Arizona, et Nouveau Mexique sont aussi mobilisées. Le quatorzième d'infanterie doit quant à lui rejoindre au plus vite camp Douglas dans l'Arizona. Sur place Bradley est en charge de mener de longues et harassantes patrouilles le long de la frontière. Sept mois après sa sortie de West Point, il est promu lieutenant.

Avec l'entrée en guerre des USA dans la Grande Guerre, Omar Bradley devient capitaine. Les rumeurs vont bon train et les hommes du 14th Infantry Regiment s'attendent à rapidement recevoir leur ordre de départ pour l'Europe. Mais contre toutes attentes, le régiment est finalement chargé de surveiller des mines stratégiquement vitales dans le Montana ! Bradley tente de se faire muter en Europe, mais rien y fait. Il se console avec une nouvelle promotion et le commandement du second bataillon du régiment. En août 1918 la douche écossaise reprend de plus belle ! Le 14th Infantry Regiment est affecté à la 19th Infantry Division stationnée à Des Moines dans l'Iowa. Le départ pour la France est imminent, juste retardé par une épidémie de fièvres qui touche les soldats. Début novembre tout est enfin prêt. Bradley exulte ! Il va enfin se mesurer à ceux d'en face, mais le 18 au matin, il apprend avec stupeur qu'il ne partira pas l'armistice venant d'être signé ! l'armée démobilise, Bradley est muté dans le Dakota du Sud comme instructeur.

En 1920, il retourne à l'académie de West Point pour y enseigner les mathématiques. En 1924, il est muté à Fort Benning en Géorgie. Instructeur, il dispense des cours sur les techniques de combat de l'infanterie. Il part ensuite rejoindre sa nouvelle affectation, le 27th Infantry Regiment, élément organique de la "Hawaiian Division". Sur place il fait la connaissance d'un personnage haut en couleurs et singulièrement extraverti : George Smith Patton. Omar poursuit sa carrière et rejoint Fort Leavenworth au Kansas en 1928 pour y suivre des cours sur l'art du commandement. En 1929, alors que l'Amérique sombre dans une terrible crise économique et financière, Bradley entame à nouveau une période de quatre ans en tant qu'instructeur. Il travaille sous le commandement du général Marshall. De l'aveu même de Bradley, Marshall sera d'une très forte influence sur sa manière de concevoir la guerre et le commandement.

En 1934, Bradley diplômé de l'école de guerre, est affecté de nouveau à Fort Benning en tant qu'instructeur. Il y côtoie nombre de ses futurs subordonnés de la Seconde Guerre Mondiale. En 1936 Omar devient lieutenant-colonel. Après seize années dans l'US Army, il muté deux ans plus tard à l'état-major du War Department, où il est assisté dans sa tache par Bedell Smith. En février 1941, le récemment promu général de brigade Bradley repart pour l'école d'infanterie de Fort Benning dont il devient le commandant. Il travaille en coopération avec Patton qui de son côté forme et entraîne la 2nd Armored Division. Une sincère amitié naît entre les deux hommes.

Le 08 décembre 1941 les USA entrent en guerre suite à l'attaque de Pearl Habour par les Japonais. Bradley prend le commandement de la 82nd Infantry Division, unité qui avait combattu durant la Grande Guerre, mais qui était "en sommeil" depuis les années 20. Appliquant ses méthodes, il communique énormément avec ses hommes, mais exige de ces derniers une obéissance sans faille et un maximum d'entrain. Son travail porte ses fruits et la division est rapidement opérationnel, mieux elle atteint un degré d'entraînement qui l'a destine à devenir une unité d'élite. Comme en 1918, Bradley jubile et espère pouvoir partir au feu à la tête de ses GI's ! Et tout comme en 1918... ce n'est pas le cas. Le général Marshall, impressionné par ses résultats avec la 82nd Division, lui confie le commandement de la 28th Infantry Division. L'unité est basée en Louisiane et ses hommes sont issus de la National Guard. Matthew Ridgway prend le commandement de la future 82nd Airborne Division.

Bradley étant avant tout un technicien et un soldat, il se met au travail avec sa légendaire application. Il commence par faire suivre à ses officiers des cours sur le commandement et les techniques de combat. Il étudie avec minutie chacun de ses bataillons et procède lui-même à des mutations parmi les officiers et les sous-officiers. Le général se sert aussi du sport pour développer un fort esprit de cohésion dans ses groupes. Ca marche. Mais peut être trop bien... car 1.600 de ses cadres sont mutés par le haut commandement afin de "doper" des divisions en formation ! Bradley doit en appeler au général Marshall pour que ne cesse cette hémorragie permanente ! Plus que jamais la division a besoin de se constituer un esprit de corps. Conséquence ? Les exercices se multiplient et Bradley va même jusqu'à organiser un assaut amphibie sur les côtes de Floride. La 28th I.D. est à son tour apte au combat, nous la retrouverons en Europe.

En novembre 1942 les USA mènent en coopération avec les britanniques, l'opération "Torch", le débarquement de troupes alliées en Afrique du Nord Française, encore fidèle à Vichy. De son côté, Bradley doit prendre le commandement du VIII corps d'armée en février 1943. Mais il n'a même pas le temps de boucler ses valises ! Rappelé de son nouveau commandement, il est envoyé en Afrique du Nord sous les ordres de son camarade de promotion Dwight D. Eisenhower. La situation des GI's est mauvaise surtout après la cuisante défaite encaissée au col de Kasserine. Ike décide de relever le général Lloyd Fredendal de son commandement du II Corps et de le remplacer par Bradley qui travaille désormais sous le commandement de Patton. Les troupes du II Corps se comportent avec brio lors de la phase finale de la bataille de Tunisie. Bizerte tombe et 40.000 grenadiers allemands sont fait prisonniers. l'Axe est définitivement expulsé d'Afrique ; l'Italie et le IIIe Reich perdent 250.000 hommes.

En 1943 les alliés cherchent à tous prix à prendre pied en Europe. L'opération "Husky" est planifiée. La Sicile sera la prochaine cible des unités anglo-américaines. Sous la direction de Patton, Bradley y commande un corps d'armée. C'est pendant cette campagne de Sicile que Bradley est médiatisé par un correspondant de guerre américain, Ernie Pyle. La légende, pour partie justifiée et vraie du "Général-Soldat" est née. Bradley, discret autant que Patton peut être "grande gueule" est perçu comme étant un travailleur acharné, proche de ses hommes et surtout très simple. Les Allemands chassés de Sicile, les italiens venant de capituler, Omar Nelson Bradley quitte le théâtre d'opérations méditerranéen et part pour les Etats-Unis. Eisenhower vient en effet de lui confier une nouvelle mission : la constitution du Quartier Général de la 1st U.S. Army. Cette armée fera partie des forces alliées engagées en Normandie. Bradley sillonne le pays et recrute bon nombre de ses anciens élèves, entre temps devenus à leur tour généraux de corps d'armée ou de divisions : Collins, Corlett, Gerow, Middleton sont affectés à des postes de responsabilité au nouveau Q.G. Ce dernier est basé en Grande-Bretagne dès la fin du mois d'octobre 1943. Ike satisfait du travail réalisé par Bradley lui confie la création du 12th US Army Group, qui prendra à terme sous sa coupe la 1st US Army mais aussi la 3rd US Army de Patton. Eisenhower, nommé commandant en chef de toutes les forces alliées pour l'invasion de l'Europe en janvier 1944, confirme à Bradley qu'il commandera le 12th US Army Group. Pendant les mois qui précédent le débarquement Bradley travaille à l'organisation des opérations en étroite coopération avec le général Sir Bernard L. Montgomery. Il assiste à de nombreuses manoeuvres, dont celles menées par la 82nd Airborne Division, ex 82nd Infantry Division dont il fut le commandant en 1941.

Le 06 juin 1944 au matin, Bradley commande les opérations de débarquement - opération "Overlord" - depuis la passerelle du croiseur lourd USS Augusta (CA-3). Anxieux il suit minute après minute le tragique débarquement d'Omaha Beach contre les hommes de la 352 ID allemande. Le 09, avec l'autorisation de Ike Eisenhower, le Quartier Général de la 1st US Army est installé à terre. Omar ordonne au VII Corps de prendre le port de Cherbourg et de libérer la péninsule du Cotentin. Mais ailleurs, la résistance allemande est très important, et le bocage normand n'arrange pas la situation. Chaque champ, bordé d'arbres et de hautes et épaisses haies devient un véritable enfer. Les Grenadiers allemands s'y embusquent, détruisant les chars américains à coup de canons Pak ou de Panzerfaust. L'infanterie d'accompagnement est hachée sur place par les tirs des redoutables MG 42. Pour ne rien arranger Hitler a rameuté des divisions de Panzer dont des unités de Waffen-SS... Si le débarquement est réussi, la bataille de Normandie s'annonce pour le moins difficile.

Bradley imagine alors un plan pour percer les lignes adverses. Il baptise cette opération "Cobra". Tout est dans le nom de code... Il souhaite utiliser les bombardiers lourds, les fameux B-24 et B-17, pour laminer les défenses allemandes sur une portion du front de quelques kilomètres. Dans un second temps il envisage de lancer dans la brèche ses propres divisions blindées chargées de réaliser l'exploitation et de bousculer les arrières allemands. Le 25 juillet, le bombardement de saturation à lieu, mais la précision est largement en deçà du niveau requis puisque des unités américaines sont elles aussi touchées par les bombes. Trois Armored Divisions s'engagent dans le trou béant des défenses allemandes. Puis c'est au tour des divisions de Patton "d'entrer dans la danse". Avec deux armées américaines en Normandie, Ike rend opérationnel le 12th US Army Group. Comme convenu Bradley le prend en charge, laissant la responsabilité de la 1st US Army au talentueux général Hodges, un autre de ses anciens élèves de Fort Benning. Au 01 août 1944, le général Bradley a sous ses ordres 21 divisions et 903.000 GI's. L'on s'en doute, l'affaire n'est pas mince à gérer tous les jours... Surtout que Patton a peine débarqué en Normandie, multiplie les coups de main et fait preuve, comme toujours, d'une lecture très personnelle des ordres reçus ! Néanmoins, Bradley, à la manière de l'un de ses modèles, le général britannique Harold Alexander, laisse une forte initiative a ses chefs de divisions et se charge surtout de coordonner les différentes actions. En août-septembre la partie est gagnée, les Allemands se font étriller à Falaise, Paris est libéré par les hommes de la 2e DB de Leclerc et les troupes alliées débarquées en Provence font leur jonction avec les unités venant de Normandie.

Alors que la Wehrmacht semble être en pleine décomposition, Bradley laisse toute latitude à ses deux chefs d'armées, Patton et Hodges, pour organiser la poursuite de l'ennemi. Un problème sans cesse croissant l'accapare : le ravitaillement des unités alliées. Seul moyen d'atténuer ses soucis de logistique, capturer des ports ayant de grandes capacités de transit. Mais en septembre le 12th US Army Group commence à sérieusement manquer de ravitaillement. Parallèlement, les Allemands repliés sur la ligne Siegfried, ultime rempart du IIIe Reich, se ressaisissent et opposent une vigoureuse opposition aux GI's. Plus au Nord, le groupe d'armées britannique est engagé dans une vaste opération aéroportée aux Pays-Bas. Nom de code de cet assaut aéroporté ? "Market Garden". L'affaire se solde par un cuisant échec mais elle a drainé une quantité considérable de ravitaillement. Patton déclarera à Bradley, qu'avec "Market Garden" les alliés viennent de perdre l'occasion de finir la guerre avant l'hiver 1944.


source:http://www.1939-45.org/bios/bradley.htm

_________________
"Etre et durer" 3°RPIMa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://39-45.forumpro.fr
Rock
Admin
avatar

Nombre de messages : 726
Age : 27
localisation : Lyon
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: Omar Bradley   Ven 21 Avr - 16:16

voilà la suite de la biographie du général

A la mi-décembre il n'y a plus aucun espoir de terminer la guerre avant la nouvelle année. Les alliés occupent une série de positions le long de la frontière allemande. Bradley profite d'une accalmie sur le front pour réorganiser ses divisions. Il retire des Ardennes belges plusieurs unités. Le 16 décembre 1944, à la surprise quasi-générale, les Allemands lancent une contre-offensive de grande envergure justement dans le secteur des Ardennes. Deux armées de Panzers, la Ve et la VIe SS, font sauter le verrou des premières positions américaines et commencent avec plus ou moins de succès à pénétrer dans le dispositif allié. Cette attaque est très vite prise au sérieux par Bradley et Dwight Eisenhower, d'autant que les fameux "Jabos", les chasseurs bombardiers alliés, ne peuvent intervenir contre les colonnes blindées. La météo est bien trop mauvaise.

Les GI's sont très malmenés dans la première phase de la bataille. Mais Ike voit en ce sursaut de la Wehrmacht, une occasion presque inespérée de briser les reins à la résistance allemande. Bradley qui partage ce point de vue et dans un premier temps chargé de renforcer le dispositif allié. Il puise dans les réserves stratégiques et positionne les paras de la 101st Airborne Division à Bastogne, créant ainsi un point fort, véritable "épine dans le pied allemand". simultanément il ordonne à Patton d'obliquer de 90 degrés vers le Nord et de foncer vers la partie Sud du saillant allemand. George Smith Patton, par un temps épouvantable, dans le froid et sous la neige, manoeuvre en deux jours sa 3rd US Army composée de plusieurs dizaines de milliers d'hommes. Le "vieux" vient au contact des Allemands, 4th Armored Division en tête ! Cet exploit est encore de nos jours étudiés dans les écoles de guerre comme étant une manoeuvre d'exception... Pendant ce temps le G.Q.G américain renforce constamment les 1st et 9th US Army, toujours soumises à la pression des Panzers. En janvier 1945 la bataille est gagnée. Les Allemands viennent de sacrifier leurs dernières troupes.

Commence alors la bataille d'Allemagne. Bradley perce la ligne Siegfried par une succession de petites attaques frontales. Le 07 mars 1945 le général John Leonard, camarade de promotion de Bradley, s'empare miraculeusement du pont ferroviaire "Ludendorff", sur le Rhin, à Remagen. Il y engage un maximum des hommes de sa 9th Armored Division. Le 16, Bradley dispose de deux corps d'armée sur l'autre rive du Rhin. De son côté le bouillonnant Patton traverse le Rhin à son tour le 23 mars et fonce vers la ville de Giessen, où il fait sa jonction avec les GI's de la First Army le 28. Bradley décide de s'emparer de la Ruhr avec la 1st, la 3rd et la 9th US Army de Simpson. Kassel tombe, puis c'est au tour de Leipzig. Les divisions allemandes sont en déroutes, la Ruhr tombe entre les mains de Bradley qui fait finalement sa jonction avec les Soviétiques sur l'Elbe. Au Sud, Patton attaque le long du Danube, conquiert la Bavière, entre en Autriche, puis en Tchécoslovaquie où il assiège Prague qui est toujours aux mains des Waffen-SS. Le Reich est à genoux, Berlin est une ville en ruines, Hitler est mort. Le 08 mai 1945, la guerre en Europe s'achève officiellement. Partout l'on fête le VE-Day... Victory in Europe Day. Dans cette "Croisade", comme qualifiera Ike Eisenhower la libération de l'Europe, Bradley aura commandé 4 armées, 12 corps d'armée, 48 divisions, soit un total de 1.300.000 hommes.

Dès les semaines qui suivent la fin de la guerre en Europe, Bradley contacte le général Marshall afin de lui demander un commandement dans le Pacifique. Mais le Japon capitule avant même qu'Omar Bradley ne reçoive de réponse. Le 15 août 1945, il prend en charge la "Veterans Administration". Une fois de plus il est confronté à un gigantesque chantier de modernisation mais aussi de dynamisation. En 1945, 5 millions de soldats bénéficient de versements de pensions. Ce chiffre atteindra 16 millions dès 1946 ! Non seulement le "Général-Soldat" parvient à adapter la structure et le fonctionnement de cette administration fédérale, mais en plus, il l'améliore grandement. Avec Bradley apparaissent de nouveaux services sur les plans médicaux et éducatifs. La presse américaine se fait l'écho de cet état de fait en qualifiant la "Veterans Administration" de modèle.

Le 07 février 1948, Bradley remplace Ike au poste de chef d'état major des armées. En 1950, il est promu général d'armée avec cinq étoiles. Il sera le dernier général de ce rang promu aux Etats-Unis. Dans le lourd et pesant climat de guerre froide, il participe activement à la création de l'OTAN et milite pour un réarmement rapide des pays d'Europe Occidentale, y compris l'Allemagne. Lors de la guerre de Corée, il est appelé auprès du président Truman en guise de conseiller spécial. Profitant de cette relation de confiance il prône l'accroissement des forces de dissuasion en Europe face à l'URSS. A la surprise général, Bradley quitte le service actif le 15 août 1953, après 42 années au service de l'US Army. De 1960 à la fin des années soixante-dix, il dirige une société industrielle.

Le 08 avril 1981, quelques minutes après avoir reçu un prix du "National Institute of Social Sciences", il décède frappé d'une crise cardiaque. Il est enterré le 14 avril 1981, avec tous les honneurs militaires, au cimetière militaire d'Arlington. Bradley nous laisse ses mémoires, rédigées en 1952, sous le titre "Histoire d'un soldat".

toujours les mêmes sources Smile

_________________
"Etre et durer" 3°RPIMa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://39-45.forumpro.fr
daph
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 158
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Omar Bradley   Ven 21 Avr - 19:29

merci pour ce post rock Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
winters
Admin
avatar

Nombre de messages : 417
Age : 28
Date d'inscription : 12/03/2006

MessageSujet: Re: Omar Bradley   Sam 22 Avr - 0:08

Oué un grand merci.
@+

_________________
ON NE SALUE PAS L'HOMME MAIS LE GRADE

Webmaster de "De 1939-1945."
Passioné de la 101ème DIV AIRBORNE. 506 RIP et de la Waffen SS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smokey
sergent
sergent
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Date d'inscription : 14/03/2006

MessageSujet: bradley   Mar 18 Juil - 15:56

Voici un photo du général Bradley
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titidexmes
General de corps d'armée
General de corps d'armée


Nombre de messages : 245
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Re: Omar Bradley   Mar 18 Juil - 18:56

Merci bien Rock . Wink

Bye ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Omar Bradley   

Revenir en haut Aller en bas
 
Omar Bradley
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quatrains de Omar Khayyâm.
» Omar m'a tuer ou l'absurdité de la preuve rationnelle
» A M. OMAR AZZIMAN, CONSEILLER DU ROI, POUR UNE REFORME MENTALE ET FISCALE DES TAXES SUR LES MALADIES
» CALIPHE OMAR L HOMME LE PLUS JUSTE DES HOMMES APRES LES PROPHETES
» Parole de sagesse d'Omar Ibn-Al-Khattab

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De 1939 à 1945 :: Les généraux et officiers-
Sauter vers: